Grand Prix de France à Rouen : Un coup de bluff

Jeudi soir par un communiqué repris par les agences de presse Internationales on apprenait subitement " Qu’un projet de Grand Prix de France à Rouen était en gestation "

Quelques heures plus tard le cabinet du Maire nouvellement élu au printemps dernier en remplacement de Pierre Albertini faisait savoir " Qu’il n’était en rien dans ce projet et qu’il n’en était même pas informé ! "

La mairie de Rouen n’est pas au courant 
 
La municipalité de Rouen a en effet fait savoir et indiqué ce jeudi soir

" Ne pas être au courant d’un projet de candidature de la ville à l’organisation du Grand Prix de France de Formule 1 à partir de 2009 " et  annoncé un peu plus tôt par une association d’entrepreneurs normands.

"La ville de Rouen n’est pas associée à cette démarche et n’a été saisie, à ce jour, d’aucune demande de soutien par cette association", a indiqué le cabinet du maire.

Dans son communiqué l’entreprise EDEN ( Espace des Décideurs des Entreprises Normandes)  soutenue par la CCI ( Chambre de Commerce et d’Industrie) à l’origine de la divulgation de cette information indiquait que ce vendredi matin entre 10H30 et 11 Heures se tiendrait une audio conférence.

Intrigué par cette rocambolesque annonce s’il en est, qui plus est, à moins de quarante huit heures du début du Grand Prix de France de Magny Cours, nous avons participé ce matin à cette audi conférence

Qu’y avons-nous appris d’intéressant et de constructif ?

Rien. Absolument rien.. 

                  Le dernier départ au circuit de Rouen les Essarts le dimanche 7 juillet 1968. En première ligne, le regretté pilote Autrichien Jochen Rindt sur la Brabham-Repco, poleman. A ses côtés la Matra-Ford de l’Ecossais Jacky Stewart. Et la Ferrari du jeune Belge Jacky Ickx, futur vainqueur.

 

Monsieur Jean Paul Rivière d’Altitude Télécom et porte-parole de l’EDEN s’est trouvé à plusieurs reprises dans l’incapacité de répondre avec sérieux aux multiples questions embarassantes. Lesquelles lui furent posées par nos soins mais aussi par d’autres confréres ( L’Equipe – Paris Normandie – Liberté Dimanche – FR3 – Radio France). Comme s’il ne connaissait pas son sujet…

Bref, certains n’allérent d’ailleurs même pas au bout des trente minutes prévues…

Conclusion.

Le dossier est à l’heure actuelle plat. Seules quelques "timides" démarches ont été entreprises. Mais il n’y a RIEN de sérieux. Rien de concret.

Tout juste une bande de passionnés qui REVENT de voir le sport automobile revenir à Rouen. Ou dans sa région.

Pour mémoire, nous rappellerons  plus sérieusement que dans les années 86-89 , un projet de circuit en Normandie avait déja été proposé.

Lequel devait se trouver sur la commune de Maucanchy.

A l’époque, la Région y était sérieusement impliquée et ce dossier était lui réel, crédible et sérieux.

Et ce dans la mesure ou l’écurie de Formule 1, Larrousse Calmels – Hélas dissoute depuis – était trés sérieuseùment soutenue par la Région Haute Normandie, les monoplaces arborant d’une part ses logos sur ses flancs et les pilotes ( Yannick Dalmas et Philippe Allio ) portant d’autre part des écussons aux couleurs de cette Région sur leurs combinaisons. Cependant que les transporteurs et Motor-homes étaient eux aussi aux couleurs de la Haute Normandie.

Mais malheureusement ce circuit ne dépassa jamais le stade du projet et ne vit comme on le sait  JAMAIS le jour.

Au vu de ce qu’a déclaré la Mairie jeudi soir et l’impossibilité de Monsieur Rivière de répondre ce vendredi avec certitude aux questions pourtant toutes simples posées, il est permis d’écrire que

L’Affaire du Grand Prix de France à Rouen en restera la…

Et qu’on n’en entendra trés certainement plus JAMAIS parler !!!!

D’ailleurs, il s’est trouvé tout plein d’amis normands fans et liés au monde de la course et contactés par nos soins et qui nous ont tous dit  dans un même élan ce vendredi 20 juin :

" On n’est pourtant pas le .. 1er avril ! "

No comment.

Gilles Gaignault

F1

About Author

admin

Leave a Reply