Une journée à rebondissements !

TRANSORIENTALE ETAPE 6

 Date de l’étape : 17/06/2008

Villes de départ et d’arrivée : Bogotse  –  Arkalik

Spéciale : Qaratubak  –  Torgai

Distance totale (spéciale) : 705km (328km)

 

Après avoir passé plusieurs heures arrêtées dans un village, Philippe Vandromme et Frédéric Vivier passent la nuit en pleine nature.

Le rallye a été dramatiquement touché aujourd’hui avec les décès de deux concurrents sur la route du rallye :

– le motard français Philippe Tonin, renversé par un camion de course.

– le pilote Chinois Xu Lang, victime de la casse d’une sangle alors qu’il aidait à dégager un concurrent embourbé.

"A leurs familles, toute notre équipe présente ses sincères condoléances."  précise Philippe

 


Nouveau pays, nouvelles difficultés pour les concurrents qui ont débuté aujourd’hui la première partie d’une étape Marathon.

Toutes les compétences des pilotes et copilotes étaient mobilisées pour cette spéciale très rapide dans les steppes kazakhs !

L’immensité des steppes, de nombreux lacs, aucun point de repère, une journée pendant laquelle la navigation s’est révélée difficile. Les concurrents ont rejoint, par la suite, Arkalik pour un bivouac marathon, sans leurs assistances.

Tous ? Non ! Car Philippe Vandromme et Frédéric Vivier sont actuellement toujours sur la piste et se préparent à passer la nuit en bivouac improvisé !

Partis ce matin en 4ème position, suite à leur superbe performance de la veille, le buggy BAT à l’adorable bouille de Coccinelle voyait sa course s’arrêter brusquement après 100 km lorsque sa suspension avant droite s’affaissait…

La faute certainement au petit choc subit la veille contre un arbre et qui aurait fragilisé le triangle inférieur de la suspension.

Secourus par des fermiers Kazahks qui les emmenèrent dans les ateliers de leur ferme, ils étaient rejoints rapidement par leur camion d’assistance rapide, piloté par Antoine Morel, "patron" de MDRallye Sport.

Après 3 heures de réparation et un grand moment de solidarité et d’échange avec tout un village, ils repartaient, bien convaincus que leurs chances de bien figurer au classement général étaient anéanties…

La suite, Philippe Vandromme la raconte :

 "Après avoir changé les triangles de suspension inférieur et supérieur, nous sommes repartis de ce petit village où nous avions perdu toutes nos chances. Je pense qu’on devait être la dernière voiture de course en piste, quand, au bout de 100 km, nous sommes arrivés devant un guet qu’au moins 20 véhicules essayaient de passer, sans succès;

Nous avons donc longé la rivière vers le nord, pendant au moins 100 km mais le fait est qu’elle était en crue, et impossible de s’en approcher !

Nous sommes donc revenu au point de départ, avec les autres "naufragés" : le camion balai, des journalistes, des camions de course, les camions de kérozène pour les hélicoptères de sécurité et beaucoup de médecins…

René Metge est venu nous voir en hélicoptère et nous a expliqué qu’on allait devoir bivouaquer ici cette nuit.

Il a aussi décidé que la spéciale de demain serait annulée : la sécurité ne peut être assurée si les hélicoptères sont cloués au sol.

Vu les circonstances dramatiques et l’impossibilité de terminer la spéciale d’aujourd’hui, il est possible que le classement puisse être figé à hier soir, ce qui pourrait faire nos affaires. Nous aurions évidemment préféré être au bivouac ce soir, même si pour nous bien figurer au classement étaitterminé. Tout cela est à confirmer : même la direction de course ne sait pas encore ce qu’elle fait à l’heure qu’il est !

Je crois que nous allons bien dormir ce soir : la journée a été très chaude.

Ce rallye est une vraie aventure, plus humaine que mécanique : c’est dur, mais c’est un véritable dépassement de soi permanent !"

L’équipage parisien est arrêté et répare un triangle de suspension brisé.

 Philippe vient de nous contacter d’une ferme du Kazahkstan par téléphone satellite.

Philippe Vandromme:

"Je pense que notre choc d’hier avec un arbre a fragilisé le triangle avant droit inférieur de notre suspension…  Après 100 km de spéciale, sur une belle piste sablonneuse où nous roulions bien puisque nous résistions à Khale -le 5ème-, la roue avant droite s’est affaissée et est passée sous la voiture…

Des fermiers Kazahks très sympa nous ont aidé à tirer le buggy 2 km plus loin, jusqu’à leur ferme…

Nous sommes donc maintenant avec eux, notre assistance rapide nous a rejoint et Antoine Morel et nos hôtes sont en train de re-souder le triangle.

Il faut absolument faire une belle réparation car nous sommes dans une spéciale marathon: pas d’assistance ce soir au bivouac!

C’est une grosse déception si on pense à la compétition: nous perdons au moins 3h et nous éloignons beaucoup de la tête… Le top 5 est maintenant inaccessible. Mais Pekin est encore loin… Tout peut arriver!

Nous allons maintenant nous focaliser sur de bons résultats d’étape, et remonter nos concurrents un à un…

En revanche, nous passons un moment extraordinaire dans cette ferme… Nous sommes reçus chez ces gens, et, malgré la barrière de la langue, nos échanges sont inoubliables!

Nous allons arriver tard ce soir: pas de regret car la Cave du Désert ne sera pas là!"

 

Classement de l’Etape 5 :

1     GIBON                  (BOWLER)        01h43’23      

2     SAUKANS             (OSCAR)          01h43’50

3     MONTERDE          (SCHLESSER)   01h46’44

4    VANDROMME       (BAT BUGGY)   01h52’59

5     ANQUETIL           (NISSAN)         01h53’47

6     CHABOT              (TOYOYA)       01h54’58

 

Classement Général après l’Etape 5 :

1     MONTERDE          (SCHLESSER)    03h55’30

2     GIBON                  (BOWLER)        03h56’10

3     SAUKANS             (OSCAR)          03h56’56

4    VANDROMME        (BAT BUGGY)     04h14’28

5     KAHLE                 (HONDA)           04h14’40

6     PELICHET             (BOWLER)        04h19’33

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply