Les chiffres clés de 2008

L’Endurance est une des rares disciplines à avoir échappé à la règle du manufacturier unique.
 
C’est pour Michelin l’occasion de valoriser la performance de ses produits et de repousser les limites de la technologie.
 
150 : le nombre de composants qui entrent dans la fabrication d’un pneumatique : du caoutchouc naturel et synthétique, du styrène butadiène pour ses qualités d’endurance et le polybutadiène pour son endurance. Mais un pneumatique, ce sont aussi des fibres textiles comme le nylon, ou le polyester, de la résine, du souffre, des cires, de l’huile, etc.

12 kg : C’est le poids moyen d’un pneu LMP1. Un pneu pluie pèse environ 2 kg de plus du fait de la sculpture plus massive.
 

80°: Une enveloppe pour piste sèche offre son plein potentiel à 80° pour un pneu (température bande de roulement).
 
41km : C’est la longévité d’un pneu de qualification (trois tours de circuit).

5 secondes : une LMP1 passe de 320 km/h à 90 km/h en 5 secondes pour négocier le virage de Mulsanne sur le circuit des 24 Heures du Mans. Cela représente une décélération de 2G.

9 : Ce sont les différentes qualités de pneus proposés. 4 pour piste mouillée, 3 pour piste sèche et deux spécifications pour les pneus de qualification.
 
2,2 secondes : Chaque année Michelin développe de nouvelles générations de pneumatiques qui permettent de gagner de précieuses secondes. A Sebring, les chronos ont progressé d’environ 1s. Par extrapolation (revêtement peu agressif, similaire et longueur plus importante, les chronos du Mans devraient baisser d’environ 2,2 secondes au tour. Pour obtenir la même progression au niveau du chrono, il faut gagner 15% en efficacité aérodynamique, ou alléger le châssis de 50kg, ou augmenter la puissance du moteur de 40 chevaux ! Sur un tour d’horloge, cela se traduit par 60km supplémentaires parcourus par le gagnant…
 
30 secondes : Chaque relais effectué sans changement de pneu permet de gagner trente précieuses secondes. Sur la durée de la course, cela équivaut à environ 9mn, soit 2,5 tours.

50 000 km : C’est le nombre de kilomètres parcourus en essais pour préparer Le Mans 2008. Cela représente 50 journées d’essais durant lesquelles est parcouru un millier de kilomètres. Environ 20 000km sont consacrés exclusivement au développement pneumatique.
 

1000 kg : En fonction des réglages de la voiture, la charge verticale -c’est-à-dire la masse de la voiture ajoutée à l’appui aérodynamique – peut – dépasser 1000kg par pneu.

6500 : C’est le nombre d’écrasements subit par un pneu à chaque tour. Pour un relais, c’est treize fois plus, soit 84 500.

1,5h : C’est approximativement le temps nécessaire pour fabriquer, en usine,  un pneu utilisé pour les 24 heures du Mans. La production débute en mars et prend fin la veille de la course.

100 tonnes : C’est le poids des 8 000 pneus acheminés par Michelin au Mans… Ils seront déchargés et soigneusement empilés dans un magasin de 800m2.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply