Grand Prix de PAU : Fabien Barthez l’invité ovationné

 

Ce week-end pour la seconde manche du Trophée spider, les responsables sportifs de Peugeot avaient eu la bonne idée d’inviter l’ancien gardien de l’équipe de France de football victorieux de la Coupe du Monde 1998.

S’il est tout naturellement toujours extrémement populaire aux quatre coins de l’hexagone, Fabien natif de Lavelanet dans l’Ariége pas vraiment éloigné de la bonne ville du Roi Henri était bien le pilote… à inviter à Pau !

Et dorénavant installé à Toulouse, ville elle aussi trés proche, on peut affirmer que Fabien a parfaitement tenu son rang et était ovationné.

Au soir des deux courses, il nous a fait un petit bilan  de cette formidable expérience sur ce circuit « d’homme  ».

Le «  petit  » Monaco !

          Barthés trés à l’aise dans les rues paloises

 

Fabien que retiendrez-vous de ce week-end à Pau ?

«  J’ai vécu un week-end fantastique ! Je dirai même parfait, mais la perfection est ennuyeuse et comme je ne me suis vraiment pas ennuyé, je préfère le qualifier de presque parfait. J’ai reçu un accueil formidable de la part de l’équipe Peugeot Sport et je me suis tout de suite senti à l’aise. Le staff a vraiment été génial. Il règne une telle convivialité dans l’équipe que l’on ne peut que se sentir bien. J’ai découvert  Pau que je ne connaissais pas et je salue l’organisation d’une telle épreuve automobile en ville. L’ambiance y est vraiment très spéciale et j’ai tout particulièrement apprécié. Le tracé du circuit est très technique et les conditions météo changeantes peuvent pimenter l’affaire. En course, je me suis régalé…de grands moments de bonheur et quelques frayeurs aussi !
Le public palois, que ce soit sur le circuit ou dans les rues de la ville a été sympa. J’ai été très sollicité c’est vrai, mais toujours avec courtoisie et dans un esprit bon enfant. Cela fait chaud au cœur de voir que les gens ne vous oublient pas.
»

Vos impressions au volant du THP Spider Peugeot ?

«  Le Spider est une vraie voiture de course.  Elle est basse, donc les sensations sont très différentes par rapport à la berline Porsche que je pilotais derniérement à Nogaro. Comme c’est une barquette ouverte, l’impression de vitesse est bien réelle. Je ne porterai pas de jugement très détaillé car je ne suis qu’un pilote « débutant ». Je n’ai pas assez d’expérience pour entrer dans les détails et pour moi chaque kilomètre est un kilomètre d’apprentissage. Mais ce qui est sûr c’est que j’ai pris un énorme plaisir à rouler à Pau avec cette voiture et je remercie Peugeot Sport de m’avoir offert cette opportunité. Je garderai de ces trois jours un magnifique souvenir. »

Pensez-vous à une nouvelle carrière en sport auto ?

«  Le sport auto a toujours été ma passion et je le considère comme un loisir, je n’ai pas d’ambition professionnelle dans ce domaine, chacun son métier. Ce qui me motive, c’est tout autant l’expérience sportive que l’expérience humaine. Partager de tels moments est un privilège.
L’ambiance d’un paddock est très particulière, on peut y croiser spectateurs, pilotes et mécaniciens et tout ce petit monde se côtoie avec simplicité. Les concurrents de la THP Spider Cup m’ont bien accueilli et certains m’ont même donné des conseils.
C’est un monde que je commence à connaître, à comprendre et je m’y sens bien. J’ai encore quelques courses en prévision, et pourquoi pas à nouveau sur une Peugeot ?
  »

En tout cas, une chose est sure.

Fabien Barthez a été loin d’étre ridicule sur un circuit aussi exigeant que le tracé palois.

  

Gilles Gaignault

Sport

About Author

admin

Leave a Reply