Le tout premier interview de Stéphane Ortelli aprés le drame de Monza

Voici en lien le tout premier interview accordé par Stéphane Ortelli à Monaco Info

http://cdp.monaco-telecom.mc/videos.php?wm=OK&onglet=actu&vid=01916&date=2008-04-29

C’est donc un Stéphane souriant qui nous apparait.

Quel bonheur de le retrouver aussi lucide et l’écouter tenter avec une trés grande précision de nous expliquer ce qu’il a ressenti pendant cette interminable embardée…

 

 

 

 

Stéphane Ortelli a donc accordé sa  toute première interview (Voir la vidéo ci-dessus) ce mercredi, après le terrible accident dont il a été victime dimanche dernier à Monza, en Italie, lors de la seconde manche de Le Mans Séries.

Au freinage du premier virage, la Courage-Oreca avait échappée à son contrôle, effectuant plusieurs tonneaux avant de terminer sa folle embardée et de s’immobiliser contre les rails.

 

« J’ai eu le temps de voir le temps passer en l’air, ce n’était pas très désagréable mais très long, et j’ai compris que ça allait être compliqué à la redescente",

a expliqué le Monégasque mercredi, à chaîne Monaco Info.

"Je suis content de ne pas avoir touchée la voiture (l’Audi numéro 1 d’Allan Mc Nish) sur laquelle j’aurais peut-être pu retomber. Ça paraît très court à l’image mais c’est très long car ça n’a pas arrêté de tourner. Le choc a été violent. Je m’en sors avec une fracture de la cheville droite. C’est génial, je suis content de n’avoir que ça.

Ce qui est très bien en sport auto, c’est que la sécurité évolue toujours. Sur le moment J’ai juste espéré rester en vie. Il n’y a pas eu de dépit ou d’angoisse »

 

Une fois l’épave de son prototype arrêtée, il a pu enfin prendre conscience de la situation et se rassurer au plus vite, ainsi que son équipe qui avait assistée sur les écrans TV  dans les stands au drame.

 

« J’ai essayé de bouger», 

se souvient Stéphane avant de conclure

« Même si je n’arrivais pas à bouger les jambes, j’ai vu que le haut du corps était plus ou moins nickel et que je parvenais à faire signe à mes parents, qui étaient sur la course, et aux gens que j’aime, que ça allait, que j’étais vivant. C’était déjà beaucoup ».

 

L’expérimenté pilote agé de 38 ans espère maintenant se remettre au plus vite de ce terrible accident, autant physiquement que mentalement et psychologiquement. C’est la raison pour laquelle Stéphane va éviter au cours des prochains jours toute résurgence de cet effroyable souvenir.

 

 "Je n’ai pas envie de revoir les images, je n’ai pas envie de me charger d’images négatives. Je ne regarde donc pas trop la télé en ce moment. Mes blessures ne sont pas grand-chose par rapport à l’accident. Et j’attend le pronostic définitif"

Sport

About Author

admin

Leave a Reply