Nouveau succès Peugeot aux 1000 kms de Monza

Victimes d’un incident de course à Barcelone il y a trois semaines lors de la manche d’ouverture des LMS-2008 et finalement classés quinzièmes, le Français Stéphane Sarrazin et le Portugais Pedro Lamy au volant de leur Peugeot 908 HDi-FAP ont connus davantage de réussite ce dimanche dans l’arène de Monza, en remportant la seconde épreuve des Le Mans Series.

Mais ils n’ont devancés au final l’Audi R10 TDI du Français Alexandre Prémat et de l’Allemand Mike Rockenfeller que d’un peu plus de… 47 secondes, alors que le tandem s’ètait pourtant èlancè en dernière position et ce depuis les stands ayant rencontrè un problème lors du traditionnel tour de chauffe.

C’est dire si les cinq heures de course ont été vèritablement disputèes sur un rythme intense vraiment digne d’un Grand Prix ! 

A l’arrivèe Stèphane Sarrazin plutot satisfait dèclarait :

 »Nous avons eu beaucoup de chance de gagner parce que les réglages de notre voiture étaient  loin d’ètre parfaits. Nous avions fait de mauvais choix dans nos reglages et elle était difficile à contrôler.»

 

Victoire pour la Peugeot du duo Lamy-Sarrazin à Monza


Du suspense et une grosse frayeur pour Ortelli

La fin de course a été très chaude entre Peugeot et Audi, notamment lors d’un passage mouvementé à la première chicane. C’est là finalement alors qu’il ne restait qu’une poignèe de tours à boucler que la course s’est  véritablement jouée…

Une première fois le Portugais Pedro Lamy alors aux commandes de la Peugeot en seconde position dans les èchappements de l’Audi de l’Allemand Mike Rockenfeller, tentait un freinage dèlicat se trouvant à l’extèrieur et donc sur la mauvaise trajectoire… Comme on s’y attendait il ne pouvait s’engoufrer dans la chicane et devait… la couper. Immèdiatement et craignant surement une rèaction de la direction de course, Serge Saulnier le Team-manager de l’èquipe Francaise lui intimait alors l’ordre par radio de laisser repasser l’Audi. Ce qui fut immèdiatement fait.

Un tour plus tard et rigoureusement au même endroit,  Lamy retentait l’impossible… Mais cette fois, il tentait avec succès d’occuper la plus grande partie de l’exterieur de cette chicane. Du coup les deux bolides se titillaient… Et immediatement on dècouvrit la suite…

l’Audi avait un pneumatique crevè. L’avant gauche. C’est  à cet instant que la direction de course ordonnait un "stop and go" à la Peugeot…

On crut que c’ètait suite à la manoeuvre jugèe probablement trop audacieuse de Pedro vis à vis de Mike.

En fait, non. Il s’agissait d’une dècision préalable concernant quelques tours auparavant lorsqu’après un safety-car entrè en piste suite à la panne d’une Spyker arrètèe en pleine piste, un tractopelle se trouvait toujours … sur la piste et sous drapeaux jaunes, Pedro au re-strart avait enfreint les drapeaux jaunes en doublant un attardè. A Sa descente de la voiture, il déclarera ne pas avoir vu à cet endroit l’objet du litige.

Manoeuvre èvidemment interdite et prohibèe…

Alors que l’Audi regagnait au ralenti son box pour changer la roue endommagèe, la messe ètait dite et cela meme si Pedro effectuait lui son stop and go…

Reparti fort logiquement avant l’Audi, il franchissait deux tours plus tard le drapeau à damiers en vainqueur

Malgré l’ènorme pression, Peugeot a donc au finish remporté à Monza sa huitième victoire consécutive lors des Le Mans Series, mais seulement la seconde devant une Audi. Après Barcelone il y a trois semaines.

Vainqueur justement à Barcelone lors du premier rendez-vous de la saison, la seconde Peugeot 908, celle de Nicolas Minassian et Marc Gené, a cette fois dû se contenter de la cinquième place, après avoir plongée au-delà de la trentième à cause de problèmes de transmission. (arbre de roue)

« L’important pour toute l’équipe, c’est qu’une Peugeot gagne. Ça ne me gêne pas de partager le gâteau si j’ai la cerise en juin, aux 24 Heures du Mans», plaisantait bien sûr à l’arrivèe Nicolas Minassian.

Le Mans !  Le grand objectif de la saison pour Peugeot….

Derrière Peugeot et Audi, le team Pescaloro-Judd est parvenu à tirer son épingle du jeu, grâce à la belle manoeuvre de Christophe Tinseau, lequel en vieux renard chevronnè est parvenu in extrèmis à subtiliser la troisième place à la Creation-AIM de Stuart Hall et ce dans le dernier tour…

Auparavant Manu Collard  sur la seconde Pescarolo occupait lui aussi cette troisième place synonyme de podium lorsqu’au 121ème des 173 tours que comportait la course suite à un ennui probablement de freins il se retrouvait lancè en pleine vitesse vers les rails qu’il tamponnait par l’arrière sans trop de gravitè ni pour lui ni pour sa monture.

Mais cette course pleine de suspense aurait pu tourner au drame lorsque la Courage-Oreca de Stéphane Ortelli s’est littéralement envolée, au 147e tour, au bout de la ligne droite des stands, puis après une terrible sèrie de tonneaux terminait sa course folle contre les rails de sécurité, complètement disloquèe au terme de cette èpouvantable  cabriole. Laquelle nous rappelait celles survenues par trois fois au Team Mercedes lors des 24 Heures du Mans 1999…

Le pilote monégasque, seulement et c’est vèritablement un miracle touché à la cheville droite, est incroyablement sorti des ce dimanche soir de l’hôpital de Monza.On a pourtant longtemps eu très peur pour lui… Piloté par son co-équipier Soheil Ayari, Stéphane rejoignait la clinique du Sport à Monaco pour y passer une nuit  au calme et vérifier que tout va bien.

Ironie du sort peu avant le dèpart de ces 1000 kms, Stèphane nous indiquait sa tristesse suite au dramatique accident survenu la veille lors des essais chronos à son pote Jamie Campbell victime lui aussi d’une terrible sortie de piste… Et l’ami Steph de nous prècisait:

 »iL A DEUX VERTEBRES LOMBAIRES FRACTUREES ET DEVRA OBSERVER DE LONGS MOIS D’IMMOBILISATION… »

Quant à la seconde Courage-Oreca, celle du duo Panis-Lapierre, elle dut s’arrèter des le 27eme passage suite à un radiateur percè et des ennuis d’èchappement alors que l’ancien pilote F1 et alors au volant occupait une fort prometteuse quatrième position.

Enorme satisfaction enfin pour les  » Rookies  » d’Audi, les prometteurs Premat-Rockenfeller, qui même s’ils étaient un peu amers de se faire battre sur le fil et d’une maniére qu’ils qualifiaient durement , le tandem des jeunots repart de Lombardie avec la très grande satisfaction, d’occuper la tête du classement gènèral provisoire des LMS après les deux premières èpreuves de Barcelone et donc de Monza. Pas si mal franchement pour des pilotes qui découvrent la discipline….

Audi n’a finalement pas tout perdu…

Classement général final des 1000 Km de Monza, 2e manche du Championnat Le Mans Séries (LMS) :

1. Sarrazin-Lamy (FRA-POR/Peugeot 908 HDi-FAP) les 173 tours en 4h59’07"955
2. Prémat-Rockenfeller (FRA-ALL/Audi R10 TDI) à 47"672
3. Primat-Tinseau (SUI-FRA/Pescarolo-Judd) à 4 tours
4. Kerr-Hall-Jouanny (GBR-GBR-FRA/Creation-AIM) à 4 tours
5. Minassian-Gené (FRA-ESP/Peugeot 908 HDi-FAP) à 6 tours
6. McNish-Capello (GBR-ITA/Audi R10 TDI) à 7 tours
7. Ickx-Tappy-Short (BEL-GBR-GBR/Pescarolo-Judd) à 7 tours
8. Nielsen-Elgaard (DAN/Porsche RS-Spyder) à 8 tours (1er catégorie LMP2)
9. Verstappen-Van Merksteijn (HOL/Porsche RS-Spyder) à 8 tours
10. Lammers-Theys-Lienhard (HOL-BEL-SUI/Porsche RS-Spyder) à 9 tours

15. Garcia-Enge (ESP-RTC/Aston Martin DBR9) à 14 tours (1er catégorie GT1)
21. Narac-Lietz (FRA-ALL/Porsche 997 RSR) à 21 tours (1er catégorie GT2) finalement déclassés

Un podium inattendu: Audi – Peugeot – Pescarolo

Sport

About Author

admin

Leave a Reply