GEORGES HOUEL EST MORT CE JEUDI MATIN 10 AVRIL 2008

  Le Volant a perdu son Âme…

Houel 006

Georges Houel est mort, ce jeudi matin 10 avril peu après huit heures et ce cinq minutes à peine après son admission à l’hôpital Georges Pompidou ou il venait régulièrement chaque semaine pour une visite de contrôle et de routine.

«  Jojo » est effectivement décédé peu après son arrivée.

Il aurait eu 95 ans le 5 juillet prochain.

« Jojo » pour les intimes était né le 5 juillet 1913 à Herbeuville un petit village niché entre Saint Nom la Bretèche et Maule en Seine et Oise – aujourd’hui les Yvelines – ou ses parents étaient des cultivateurs-maraichers.

Sa vie est encore rythmée à l’époque par le son des cloches et le pas des chevaux. La moto, l’automobile et l’ami Houel en sont exactement au même stade : ils poussent leurs tous premiers vagissements dans l’indifférence générale. Signe du destin ? Allez savoir …

Les premières années de sa vie sont relativement calmes :

«  Enfant je passais la plupart de mon temps libre à jouer avec des petites autos miniatures et aussi des camions. J’en possédais trois. Deux jouets en bois et un en fer un Berliet. » 

C’est donc tout jeune qu’est né comme beaucoup de garçons la passion vers ce monde de l’automobile. Et Georges de se souvenir :

« Un jour notre instituteur monsieur Émile Laurent nous donne une rédaction à faire sur le thème de l’avenir. Très inspiré par ce sujet j’avais rédigé que je souhaitais devenir un grand sportif pour avoir mon nom dans les journaux et j’avais conclu en disant  que j’aimerais bien vivre au moins jusqu’à quarante ans !!!»

Au fil des années petit à petit le puzzle va prendre forme :

« En 1925 mon père m’a emmené assister aux célèbres 24 Heures d’endurance moto et qui se déroulaient juste à côté  dans la forêt de Saint Germain. Je fus immédiatement conquis et fasciné par cette folle ambiance et l’odeur. Je me souviens encore de toutes ces bécanes des Peugeot-Terrot-Gnome et Rhône ; Plus tard  accompagnant toujours mon père lequel était un inconditionnel de la moto il me fit assister au fameux Bol d’Or. Ce sont ces deux compétitions en 1925 qui m’ont sans aucun doute donnés le gout de la course » 

C’est en 1928 que le jeune Houel découvre Paris ou il va devenir apprenti-boucher. Et en 1931 il passe son permis «  Pour mes déplacements c’était quand même plus pratique car jusqu’alors je faisais les allers et venues Herbeuville -Paris en vélo en compagnie de mon pote d’école Robert Charpentier

Vous imaginez la corvée…

Lequel jeune Charpentier deviendra tout de même plus tard…triple Champion Olympique de cyclisme !

« Ma toute première bécane fut une Monet-Goyon 350cc machine avec laquelle j’ai participé à mes toutes premières courses amateurs » 

A partir de 1933, il passe successivement ses permis voiture et aussi camion. C’est ainsi qu’il va pouvoir effectuer les livraisons de la boucherie dans Paris pour son patron monsieur Léonard.

Parallèlement à la moto Georges se découvre deux autres passions : le rugby et l’athlétisme.

Entre 1936 et 1945 il joue au ballon ovale avec le Stade Français. Au cours de la saison 1944-1945, il parvient même à atteindre avec le Stade la demi-finale du Championnat de France en éliminant le Stade Toulousain à Vichy. Avant hélas d’échouer d’un rien (13 à 14) en demi-finale de la Coupe de France face à Biarritz.

A cette période il est aussi membre de la section athlé du Stade. Il deviendra d’ailleurs Champion de Paris du 4X100 avec ses potes emmenés par Raymond Marcillac – futur grand journaliste sportif-Cusin et Bloch. Il remportera aussi une épreuve très populaire le Relais de Paris !

C’est en 1934  qu’il intègre l’armée étant appelé sous les drapeaux

«  J’ai passé un an au 151é d’infanterie à Metz.  Nous avons été les tous premiers fantassins à percevoir des chenillettes Renault. C’est la que j’ai eu l’énorme privilège de conduire  en side-car le Colonel Jean de Lattre de Tassigny » (futur Maréchal de France).

En Lorraine il y avait fréquemment des manœuvres.

« Et à sa demande  ce fut un privilège, il m’est arrivé plusieurs fois toujours en side-car de piloter le Colonel du 507é régiment de chars de Metz, un certain … Charles de Gaulle !  Il en imposait déjà. Il avait le sens du commandement et savait déjà se faire obéir »

Puis il s’en retourne à la vie civile. En 1946, Georges attiré par la vitesse arrête le rugby  pour se consacrer entièrement aux compétitions de motos. Au mois de mai il remporte sa première grande victoire le Grand Prix du Bois de Boulogne. Puis il décide de faire équipe avec le Niçois Jean Behra. Une association couronnée de succès et qui durera jusqu’en 1951. Fin 1948 probablement sa meilleure saison ou il accumule les succès il se voit attribuer le « Casque d’Or » par un magazine très prisé et en vogue : Moto Revue.

C’est l’année de la réussite car son équipier Jean Behra devient lui Champion de France.

 Du coup aprés plusieurs saison ou ils gagnent tout en France et n’ayant plus rien à prouver, les deux compères filent à l’étranger ou ils sont grassement rémunérés touchant de très grosses primes. Ils vont ainsi briller un peu partout aux quatre coins de l’Europe  enquillant victoire internationale  sur victoire. 

En Italie, en Suisse, en Belgique, en Espagne, au Portugal, au Maroc, en Tchécoslovaquie. Bref ils triomphent partout et deviennent des héros très demandés…Quand ce n’est pas «  Jojo » qui gagne, c’est Jean. A toi, à moi !

Mais le meilleurs souvenir de Georges reste assurément sa victoire obtenue en Scandinavie :

«  Sur. La plus belle. La plus prestigieuse.J’ai effectivement remporté le Grand Prix de Suède 1951. Ce fut un immense bonheur. J’y avais été inscrit par mon ami le Prince Bertil fils du Roi Carl Gustav. Nous nous connaissions bien car la famille Royale de Suède possédait une somptueuse villa à Sainte Maxime située côte à côte avec celle de ma compagne. Vous imaginez ma joie et mon émotion lorsqu’il me remit l’imposante Coupe et lui son émotion !  »  

Georges poursuivra ensuite sa carrière moto jusqu’en 1954.

 Mais le cœur n’y est plus… Il a dépassé la quarantaine et surtout l’absence de son pote, Jean Behra passé à l’automobile engagé par l’illustre écurie Gordini lui pèse.

Il décide donc de suivre la même voie et passe alors aux courses autos.

A suivre …

 

JOJO-au-Volant

JOJO-au-Volant son cher restaurant de la rue de La Smala devenue Béatrix Dussanne dans le 15éme à Paris

 

JOJO était mon ami. Ces dernières années, je lui servais régulièrement de chauffeur pour ses déplacements et notamment sur les circuits

Je suis le dernier à l’avoir vu hier soir veille de sa mort tot ce matin. De retour à Paris après un reportage, j’étais passé lui faire une petite visite chez lui, à son appartement de la Rue de la Montagne de l’Espérou.

Ce soir, j’ai le cœur qui saigne...

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Collection HOUEL – Bernard BAKALIAN et autonewsinfo

 

JOJO avecv Jacqueline BELTOISE, Jean Pierre BELTOISE et Jean Charles KARMANN

JOJO avecv Jacqueline BELTOISE, Jean Pierre BELTOISE et Jean Charles KARMANN

 

Rappel :

Ses obsèques seront célébrées Mardi 15 Avril à 10h30 en l’église Saint Christophe de Javel  et située 28 rue de la Convention à Paris dans le XVéme.

Face à l’ancienne Imprimerie NATIONALE, suivi de l’inhumation dans la plus stricte intimité dans le caveau famillial à Herbeuville. 

 

 HOUELCircuit desEcuyers Corvette

Septembre 2007 : Son ultime sortie lors de l’inauguration du circuit des Ecuyers.

 

Ce jour-la, il accepta avec grand plaisir de monter dans la Chevrolet Corvette que pilotérent aux 24 Heures du Mans  » Titi  » Greder et Marie Claude Beaumont. Et conduite ce jour-la par Fabien Sarrailh.

HOUEL tel Seyler Paul Frere Les ecuyers

 

 

En compagnie d’Antoine Seyler, toujours aux Ecuyers. Il converse avec Paul Frère depuis sa résidence de Saint Paul de Vence.

HOUEL Circuit des Ecuyers

 

Trois ptits tours … pour son plus grands plaisir ! A Noel, Jojo nous en parlait encore

 

HOUELCircuit_des_Ecuyers Gilles

 

La dernière photo avant de regagner Paris.

Un Jojo HEU REUX.

 JOJO avec son ami le spationaute Jean Loup CHRETIEN

 

 

Evenements Nécrologie

About Author

admin

Leave a Reply