Rallye de Suède

Si la neige et la glace ont, cette année encore, boudé les routes du Monte-Carlo, elles devraient être présentes sur les spéciales du ’Swedish Rally’, deuxième manche du Championnat du Monde WRC 2008. Au départ de la seule épreuve véritablement hivernale du calendrier, l’équipe Citroën Total aligne deux C4 WRC pour Sébastien Loeb/Daniel Elena et Dani Sordo/Marc Martí.

Toujours localisée dans la région du Värmland, la manche nordique propose un parcours modifié à plus de 60 %. Le recours à des assistances éloignées lui permet de se déployer géographiquement et de retrouver des tronçons délaissés depuis 2000.


Avec ses routes enneigées au profil doux, le rallye de Suède est l’une des épreuves préférées des pilotes. « Rouler sur ces très rapides chemins glacés est du pur bonheur », s’exclame Sébastien Loeb. « Être constamment en glisse à très haute vitesse, placer la voiture, essayer de maintenir les dérives, utiliser les murs de neige pour garder la bonne trajectoire… Lorsque l’adhérence procurée par les clous est bonne, c’est un rallye génial à disputer. »

Cette dernière remarque est reprise par Dani Sordo qui évoque les difficultés du Swedish : « Quand les clous "mordent" dans la glace, on parvient à "jouer" avec la voiture et c’est très plaisant. Si en revanche la couche de neige empêche les clous de se planter, cela devient compliqué d’avoir un pilotage précis. Quand on connaît les vitesses atteintes en Suède, on comprend que ce ne soit pas une manche facile. Il faut beaucoup d’expérience sur ce terrain et ce n’est pas un hasard si très peu de pilotes non scandinaves se sont imposés à Karlstad. C’est ma troisième participation et mon objectif sera de tenter d’apporter des points à Citroën. »

« Lors de nos essais hivernaux, nous avons essayé de bien préparer cette épreuve si spécifique », précise Xavier Mestelan-Pinon, le responsable technique de Citroën Sport. « Plusieurs paramètres sont à prendre en compte comme les températures négatives, les vitesses moyennes élevées, la présence des murs de neige et le temps de réponse important entre le moment où le pilote donne son coup de volant et celui où la voiture réagit. Ce phénomène est provoqué par l’étroitesse des pneus et la faible surface de la roue en contact avec le sol. Par manque de neige, ce rallye peut devenir très exigeant pour les amortisseurs. La terre gelée apparaît, le sol devient beaucoup plus irrégulier et "cassant" pour la mécanique. Cette année, le règlement nous impose un seul type de pneu clouté, le Pirelli Sottozero, alors que les saisons précédentes, nous avions le choix quant à la longueur des clous. C’est une donnée importante sur laquelle nous, comme les autres teams, manquons encore de recul. »

En Suède, Sébastien Loeb et Daniel Elena prendront le départ de leur 100e épreuve mondiale :   « Cela fait un compte rond, mais je n’y attache pas trop d’importance », révèle Seb. « Notre objectif sera d’essayer de gagner. Ce ne sera pas facile. Nous allons devoir ouvrir la route, ce qui est souvent un handicap en Suède. Ensuite, nos adversaires vont vouloir revenir au score après le Monte-Carlo et la bagarre sera serrée. Ce serait fantastique de nous imposer pour notre 100e, mais je sais aussi qu’il y a des points importants à prendre pour les deux championnats et j’adapterai mon rythme en fonction des évènements… »

Le ‘clan’ Citroën compte également dans ses rangs au départ de la manche suédoise, une C4 WRC privée et engagée par Urmo Aava/Kuldar Sikk ainsi qu’une Xsara WRC alignée par Conrad Rautenbach/David Senior. Les voitures sont préparées et suivies par l’équipe PH-Sport assistée de techniciens de Citroën Sport Technologies.

 

 

Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT) : "Rouler sur ces très rapides chemins glacés est du pur bonheur. Être constamment en glisse à très haute vitesse, placer la voiture, essayer de maintenir les dérives, utiliser les murs de neige pour garder la bonne trajectoire. Lorsque l’adhérence procurée par les clous est bonne, c’est un rallye génial à disputer. Notre objectif sera d’essayer de gagner. Ce ne sera pas facile. Nous allons devoir ouvrir la route, ce qui est souvent un handicap en Suède. Ensuite, nos adversaires vont vouloir revenir au score après le Monte-Carlo et la bagarre sera serrée. Ce serait fantastique de nous imposer pour notre 100e (rallye), mais je sais aussi qu’il y a des points importants à prendre pour les deux championnats et j’adapterai mon rythme en fonction des évènements."

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT) : "C’est le premier rallye où j’ai le sentiment que je dois gagner si je veux me battre pour le titre Pilotes. J’espère des conditions totalement hivernales. S’il y a beaucoup de neige et de glace, alors les Pirelli fonctionneront bien. La fiabilité sera aussi quelque chose d’important car il n’y aura pas la traditionnelle assistance de 30 minutes à mi-journée, juste un service de 15 minutes pour changer des pièces emportées dans la voiture. Je ne suis pas d’accord avec ça car si la voiture a le moindre petit problème le matin, le pilote peut rester en rade pour le reste de la journée. Mais la Focus est une voiture fiable, et je ne me suis pas trop inquiet".

Chris Atkinson (Subaru Impreza WRC) : "On appréhende la Suède de la même façon que le Monte Carlo : on y va pour un top 5 ou un top 6, en essayant d’être les plus réguliers possible. Le Rallye de Suède est une affaire de spécialiste et il exige un style particulier. Au Monte Carlo, il fallait être propre et coulé. La Suède est probablement l’un des rallyes les plus agressifs de l’année".

L’EPREUVE EN BREF

57e édition du Rallye de Suède – Plaque tournante : Karlstad – Surface : glace, neige – Totale des 20 spéciales (10 tracés différents) : 340,24 km (342,09 km en 2007) – Heure locale = heure française

ETAPE 1 Karlstad / Karlstad, jeudi et vendredi : 9 ES (122,14 km)

ETAPE 2 Karlstad / Karlstad, samedi : 6 ES (120,88 km)

ETAPE 3 Karlstad / Karlstad, dimanche : 6 ES (97,22 km)

PRINCIPALES DIFFICULTES

Les pneus étroits cloutés sont toujours d’un esthétisme particulier en Suède mais ils restent la meilleure garantie du pouvoir directionnel nécessaire sur la neige et la glace. Toujours dans les forêts de la province du Värmland, au centre du pays, le pilotage reste une spécialité bien locale : il faut rouler pendant des années sur cette surface pour en percer tous les secrets, à moins d’avoir le génie d’un Sébastien Loeb, seul vainqueur non-nordique (en 2004) de toute une histoire écrite par des Finlandais, Suédois et Norvégiens.

La technique du braquage-contre-braquage est poussée à ses limites et il faut bien doser ses effets pour faire pivoter l’arrière de la voiture sur les murs de neige en sortie de virages. Le sol peut être vicieux : une neige ou une glace uniforme ne posent aucun problème, mais lorsque le redoux ou l’usure des passages fait ressortir la terre des rails sur la trajectoire, des clous cassent ou se détachent de leurs montures. Le pilote s’accoutume de cette baisse de grip dans les entailles de la route, tant qu’il y reste. Car au moindre écart, la reprise de grip est brutale et déstabilisante.

PNEUMATIQUES

Comme au Monte Carlo, ils sont attribués par tirage au sort. Un seul type disponible, avec un seul type de clou. Le nombre de pneus pour le shakedown est limité. Il est obligatoire de toujours monter des pneus neufs au départ de chaque groupe de spéciales. Enfin, il est possible d’emporter deux roues de secours.

AUTOS

Un moteur doit servir durant trois rallyes encore cette année. Les blocs utilisés au Monte-Carlo officient à nouveau en Suède et tutoieront les hauteurs mexicaines. Il y a deux boîtes de vitesses et différentiels disponibles pour chaque pilote. Ainsi que cinq jeux d"amortisseurs et cinq jeux de connexion au porte-moyeu.

NOUVEAU

Parcours. Le rallye intègre deux assistances ‘éloignées’ à Sunne vendredi et Hagfors samedi et dimanche. Le parcours est nouveau à 62,9 % par rapport à celui de 2007. Cela représente 214,10 km dont 118,34 km pour les spéciales du premier jour qui n’ont plus été utilisées depuis 2000 et 2001. Seules la superspéciale (ES1/8) et les épreuves de Vargåsen (ES11/14) et Lesjöfors (ES16/19) sont strictement identiques à l’an passé.

2007

Marcus Grönholm (Ford Focus WRT) remporte son cinquième Rallye de Suède depuis 2000 en signant 11 scratches sur 20 possibles. Mikko Hirvonen rajoute une Focus RS officielles du team de Malcom Wilson sur le podium. Sébastien Loeb intercale sa C4 entre les deux Finlandais, à 53.8 sec de Marcus Grönholm.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply