Alain Prost remporte le Trophée Andros

Sans surprise, Alain Prost a remporté ce week-end à Super-Besse et pour la seconde année consécutive le Trophée Andros. Avant cet ultime rendez-vous pour l’attribution de la couronne, le pilote Toyota possédait en effet les meilleures chances de l’emporter. D’une part, parce qu’il possédait quelques précieux points d’avance sur son seul rival encore en lice, le toulousain Jean Philippe Dayraut. Et aussi d’autre part, parce que dans le décompte des deux moins bons résultats, la aussi  Prost devait en retrancher quatre de moins.


Voici le résumé des courses auvergnates

Première course

Essais : Grille inversée!

La piste a déjà quelque peu souffert du redoux lorsque débute en fin d’après-midi une séance d’essais chrono où les favoris se font remarquer par … leur grande prudence, se contentant de rôder leurs gommes sans se soucier le moins du monde du chrono ! Philippe de Korsak se lâche au contraire au volant de la Fiat Grande Punto qu’il partage avec le jeune Grégoire Demoustier. Ses efforts lui valent la pole position devant Rivière, lui aussi sur une Fiat et premier indépendant, et Thoral qui a repris le volant de sa Kia Rio habituelle. Bonne performance pour Jean-Luc Pailler, quatrième devant l’Andorrane Aurélia Marti première féminine sur sa BMW une demi-seconde devant Marguerite Laffite sur la Kia Rio victorieuse à Serre Chevalier aux mains de Gherardi.

1ère Manche qualif : Dayraut devance Prost

Le grip est nettement meilleur mais les bourrasques de neige et la brume réduisent la visibilité tout au long de la première manche de course. Les temps descendent toutefois assez vite au fil des séries à mesure que la trajectoire noircit. En piste en même temps que Lanctuit, Balas frappe le premier grand coup en alignant quatre tours sous les 46 secondes avec sa Toyota, laissant à plus d’une seconde  son rival de l’équipe Kia.  Dubourg (Clio III) et Llorach (BMW série 1) sont un poil plus vite que ce dernier mais restent derrière Balas. Knapick rejoint son complice Pailler juste derrière Lanctuit. C’est le jeune Rivière qui réussit l’exploit de détrôner Balas grâce à deux premiers tours ultra-rapides avec sa Fiat Stilo. Lagorce et Panis, pour leur part, font leur parcours au ralenti pour ne pas troubler le duel de leurs leaders. Après avoir attendu en vain une éclaircie, Prost et Dayraut se lancent enfin en piste. Malgré ses 40 kilos de lest supplémentaire, la Kia est d’entrée un peu plus rapide que la Toyota. Informé des temps, Prost hausse le rythme mais Dayraut claque le record au troisième tour et remporte la manche de 920 millièmes devant Prost. Le suspense reste entier !

2ème manche qualif  : Dayraut devance … Panis

La neige tombe toujours en abondance mais le brouillard s’est dissipé au départ de la seconde manche, ce qui entraîne une nette amélioration des temps au tour. La revanche du duel entre Balas et Lanctuit se termine à nouveau à l’avantage du pilote de la Toyota, mais la Kia n’est cette fois qu’à… deux dixièmes et ce bien que Balas ait amélioré son temps de plus de … cinq secondes ! Le jeune Rivière ne peut cette fois faire mieux, mais se console en prenant la tête des indépendants devant ses deux rivaux Dubourg et Llorach (BMW série1). Leurs leaders ayant déjà assuré une manche, Lagorce et Panis peuvent cette fois se lâcher sur la piste et ne s’en privent pas. Après un duel acharné, c’est le pilote de la Toyota qui surclasse son équipier en tête du classement tandis que Lagorce s’intercale à 103 millièmes avec sa Kia. Dayraut et Prost s’affrontent enfin pour la seconde fois. D’entrée, Prost prend  trois dixièmes d’avance sur Dayraut mais il déjante au second tour et rentre au stand. Seul en piste, Dayraut doit encore faire mieux que Panis pour rester en tête avant les finales. Il y parvient pour moins de sept dixièmes, et sauve ainsi une seconde balle de match. 

 

1ère Finale Elite : Lagorce brille à son tour

La neige est plus profonde en pole position, et  dans ces conditions Panis peine à lancer sa Toyota, ce dont profite Lagorce pour lui filer sous le nez dans le premier virage. Derrière les leaders roule un second duo formé de Rivière et Dubourg. Ce sera encore l’ordre à l’arrivée, Knapick conservant  la cinquième place avec sa BMW. 

 
2ème Finale Elite : Prost riposte

En pole dans la neige poudreuse et peut-être avec des pneumatiques déjà fatigués et un peu usés, Dayraut démarre moins vite que Prost qui parvient à glisser sa Toyota à la corde à la hauteur de la Kia. Dayraut garde sa ligne mais Prost ne lâche rien et termine son dépassement à l’extérieur du gauche suivant. Un tour plus tard, c’est Balas qui rejoint Dayraut et se trouve en position d’attaque, mais les portes restent fermées et aucune manœuvre hasardeuse ne sera tentée. En gagnant un point pris à son adversaire direct, Prost regagne en finale une partie des quelques points d’avance grignotés par Dayraut au cours des manches.

 

Seconde Course

Warm Up

Décor radicalement changé pour la seconde journée : le ruban d’asphalte de la piste contraste avec un paysage fraîchement enneigé qui resplendit sous le grand soleil. Comme aux essais de la veille, bon nombre de favoris, comme Pailler, Balas ou Dayraut, se contentent de rôder leurs pneumatiques au petit trot. Prost, Lagorce et Panis n’en établissent pas moins des temps dignes de la manche décisive de la veille. Marlène Broggi et le jeune débutant Grégoire Demoustier se font remarquer en s’intercalant au milieu de ces grosses pointures.  

1ère Manche qualif  : Prost…  déjà la

La piste est de plus en plus rapide : Marlène Broggi (Clio III) et Margot Laffite (Kia Rio) égalent les temps au tour des vainqueurs de la veille. De Korsak « le pigiste » sur la Fiat Punto Grande, et Jouet, équipier du jour de Dayraut, l’ont été encore plus, plaçant la barre à très haut niveau. Equipiers disciplinés, Balas et Panis ne forcent pas pour laisser le champ libre à Prost. Ce ne sont pas les intentions des pilotes de Kia, mais ni Lanctuit, ni Lagorce, ni même Dayraut ne réussissent à s’en approcher. Seul Prost, qui attaque sa série par le record du tour, semble parti pour le battre, mais sa Toyota perd de son efficacité au fil des tours et il échoue de deux  infimes dixièmes derrière de Korsak. Un demi-succès qui se transforme pourtant bientôt… en victoire après la disqualification de la Fiat Grande Punto dont les gommes n’étaient pas en règle !  

2ème Manche qualif : … Avantage Prost

La nuit est noire et le retour du froid a durci les dernières plaques de glace du circuit, pénalisant les temps d’une bonne seconde au tour. Alors que ses équipiers Balas et Panis peuvent cette fois se lâcher sans retenue et s’installent en tête, ils restent  pourtant avec leurs Toyota  curieusement à près de… trois secondes de ceux de Prost à la première manche. Voyant les positions impossibles à inverser, Prost et Dayraut renoncent simultanément à courir la seconde. Elle s’achève ainsi avant terme sur un doublé des Toyota devant les quatre BMW série 1 de Llorach, Pailler, l’étonnante Aurélia Marti et Joncoux. Au cumul des deux manches, Prost est en tête devant Panis alors que Jouet, l’équipier de Dayraut, s’est glissé devant Balas. Seulement septième, Dayraut concède donc neuf points supplémentaires à Prost, qui tient déjà son second trophée Andros et ce quel que soit son classement en finale.

 

 

 

 1ère Finale Elite : Rivière se montre

Avec sa Toyota lestée de 40 kilos en pole position, Panis ne démarre pas très bien et voit la Fiat de Rivière venir de la seconde ligne comme un boulet et entrer en tête dans le premier droite. La Kia de Jouet a même réussi à profiter de la brêche, mais Pains contre-attaque aussitôt et reprend la seconde place. Alors que Rivière se détache peu à peu en tête pour l’emporter sans souci, Panis bataille jusqu’au bout pour défendre la seconde place face à Jouet et à Lanctuit, qui a recollé en fin de course.

 

2ème Finale Elite: Balas conclut

Partageant la première ligne, les deux Toyota de Prost et Balas n’ont pas l’intention d’ouvrir la porte à la Kia de Dayraut. Le départ n’en est pas moins animé, Balas prenant l’avantage sur son leader alors que Llorach fait de même avec sa BMW face à Dayraut, dont la Kia porte toujours 60 kilos de lest. Le Toulousain va cependant réussir une belle remontée, dépassant tour à tour la BMW de Llorach et la Toyota de Prost pour terminer second derrière Balas. Lagorce à lui aussi regagné une place pour terminer dans les roues de Llorach. La troisième place suffit à Prost pour remporter la course de cette seconde journée et terminer ainsi la saison sur une septième victoire  et glaner aussi et surtout  son second titre dans le Trophée Andros.

Classement général final du Trophée Andros 2007 – 2008

1 – Alain Prost 921 points

2  Jean-Philippe Dayraut 910 points

3  Franck Lagorce  886 points

4  Olivier Panis 873 points

5  Bertrand Balas 855 points

6  Benjamin Rivière 829 points

7  Jean-Noël Lanctuit 815 points

8 Pierre Llorach 805 points

9 Jean-Baptiste Dubourg  780 points

10  Hervé Knapick 743 points
 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply