Présentation, du Rallye Monte Carlo

La saison du Championnat du Monde des Rallyes WRC 2008 s’ouvre enfin ce jeudi avec l’envol de la 76e édition du célèbre rallye de Monte-Carlo.

Quadruple champion du monde en titre, et victorieux de l’épreuve à quatre reprises ( 2003-2004-2005 -2007), Sébastien Loeb toujours associé à son fidèle Daniel Elena sur sa Citroën C4 remettent donc leur couronne en jeu. Et il ne manque pas de prétendants car y a une meute de prétendants à la victoire !
A commencer par le propre équipier de l’alsacien chez Citroën, le brillant et rapide espagnol  Dani Sordo. Mais les Mikko Hirvonen (Ford Focus)- Petter Solberg (Subaru Impreza) et autre François Duval (Ford Focus) sont eux aussi des candidats au succès final.

Grande nouveauté cette année avec à la suite d’une décision de la FIA, l’obligation pour toutes les voitures des cinquante équipages d’être équipées par un manufacturier unique ! Et c’est suite à un appel d’offres la firme transalpine Pirelli qui a été choisi et retenu… Au grand dam de Michelin et de sa filiale rallye BF Goodrich.

L’an passé, Citroën avait signé un magnifique doublé au Monte Carlo. A l’issue des 15 spéciales, Sébastien Loeb s’était imposé pour la quatrième fois en Principauté, devançant son coéquipier espagnol Dani Sordo et le Finlandais Marcus Grönholm. Mais le grand finlandais n’est plus la, retraité à la fin de la saison dernière.

Cette année, dix-neuf spéciales pour 362,39 km de parcours chronométrés sont au programme du rallye monégasque, avec en point d’orgue, le redoutable et aussi redouté Col du Turini. Le champion français, qui en connaît tous les pièges sans néanmoins les craindre, souhaite vivement que la neige sera de la partie :

 «J’espère de vraies conditions hivernales et un véritable Monte-Carlo blanc, Avec trois sites différents, le parcours est de plus très varié. Les spéciales de ce jeudi sont larges, rapides et lisses. Dans l’Ardèche, c’est plus technique, plus étroit et parfois bosselé. L’an dernier, les conditions se sont révélées exceptionnellement sèches et si la neige et le verglas sont de la partie cette année, nous devrions nous amuser. Je suis ravi de retrouver le "Turini" et les routes légendaires du sud-est de la France. Avec quatre spéciales à disputer avec les mêmes pneumatiques, cette dernière étape s’annonce toutefois délicate à négocier.»

a indiqué Loeb

Il faudra donc monter les bonnes gommes et ne pas se tromper dans le choix des pneumatiques§

Difficile aussi de composer avec les multiples interrogations concernant l’adhérence. Entre ombre et lumière, l’asphalte sera à coup sur alternativement sec et humide, accrochera ou adhèrera, et le rôle joué par les gommes Pirelli utilisés s’avèrera, c’est une évidence, essentiel.

Sébastien ajoutant : 

«Comme souvent en début de saison, les inconnues sont évidemment nombreuses. Nous allons devoir trouver le bon compromis entre les pneumatiques dont nous disposerons et les conditions de route rencontrées. Malgré tout, le but est  de tout faire pour essayer de l’emporter afin d’entamer la saison sous les meilleures auspices»

Comme déjà dit, la grosse nouveauté cette saison, c’est que Pirelli, en tant que manufacturier unique, équipera toutes les voitures.

 

En cas de nouveau succès à Monte Carlo, le pilote «  chouchou  » de l’équipe Citroën pourrait devenir le premier à obtenir un inespéré quintuplé consécutif ou non.

Quarante huit autres équipages essaieront cependant de briller et de lui voler la vedette.

Parmi eux, le plus en vu parait être le Finlandais Mikko Hirvonen promu leader de la grosse armada Ford et ce après la retraite de son illustre compatriote et double champion du monde en 2000 et 2002 Marcus Grönholm.

Troisième du mondial 2007 grâce à  trois victoires  dont une en Norvège sur la neige, Hirvonen est le meilleur des prétendants à la victoire finale dimanche à Monaco. Tout comme le coéquipier espagnol de Loeb, Dani Sordo, brillant second derrière Loeb à Monte-Carlo, en Espagne, et en Irlande l’an passé.

Au volant de la Ford Focus sur  les épreuves asphalte seulement, le Belge François Duval, troisième de l’épreuve en 2004, peut lui aussi également jouer les trouble-fête.

Bien que privé de succès depuis deux saisons, Petter Solberg  espère que sa Subaru Impreza lui permettra enfin de renouer avec la victoire. N’oublions pas qu’il demeure le seul champion du monde encore en activité avec … Loeb !

Pour sa septième participation au Rallye monégasque, le  brillant Norvégien espère sincèrement créer la surprise…  et viser lui aussi la première place dimanche sur le port de Monaco.

Sport

About Author

admin

Leave a Reply