Présentation

Mitsubishi : une forteresse assiégée ?

Mitsubishi se présente pour cette trentième édition du Dakar en jouant la carte de la continuité. On ne change pas une équipe qui gagne, dit le fameux dicton ! Alors Un choix sans doute opportun à la veille d’une édition très difficile.
 
 
Et si c’était enfin l’année ?

L’heure  de la défaite a-t-elle sonnée ?

L’enchaînement ininterrompu des victoires successives conquises sur le Dakar depuis 2001 a donné l’habitude de classer dans le rang « des imbattables » les pilotes Mitsubishi au moment d’oser tenter un pronostic. Chacun sait pourtant qu’en sport, l’éternité n’existe pas : l’année 2008 pourrait signifier la fin de la série pour le constructeur japonais, qui voit ses concurrents adversaires se rapprocher année après année.

La liste des atouts que présente la marque aux diamants a toujours de quoi impressionner les rivaux. La « Dream Team » alignée par le boss Dominique Serieys, avec Roma, Masuoka, Alphand et Peterhansel, cumule à la fois expérience, performance et esprit de sacrifice si besoin.
Le Pajero MPR 13, à peine modifié cette saison, a fourni lors des dernières éditions toutes les garanties de fiabilité que l’on peut attendre d’un véhicule à un tel niveau. Et après 25 ans de présence sur l’épreuve, la structure mise en place est de très loin la mieux rôdée du plateau.

Qui pourrait donc troubler la sérénité de « Peter », de «  Lucho » et de leurs fidèles lieutenants dans la défense du titre ?

La menace la plus évidente et la plus sérieuse vient à priori de la formation Volkswagen, qui a accompli une partie du chemin qui doit amener le premier 4×4 diesel à s’imposer sur le Dakar. Le dernier tronçon à couvrir a été confié à Carlos Sainz et Giniel De Villiers, les deux leaders de l’équipe allemande, qui ont failli en 2007 mais ont tout de même fait vaciller les favoris.

Pour la première fois depuis 1999, Mitsubishi était mené à la journée de repos l’an passé, et n’a remporté aucune étape sur l’épreuve. L’ancien Champion du Monde des rallyes, l’espagnol Carlos Sainz a même bouclé la course avec six victoires d’étapes de plus à sa collection, alors que le Sud-Africain semblait confortablement installé au sommet avant d’être hélas trahi par la mécanique.

C’est en plein cours de la Mauritanie que les deux Race Touareg de pointe ont « craqué » l’année dernière. Les progrès effectués durant la saison en termes de fiabilité leur permettront-ils d’atteindre Dakar en vainqueurs ? Pour y parvenir, il faudra allier performance et régularité.

Si les « Bleus » de Volkswagen sont les challengers les plus visibles, la confrontation ne se limite pas à un duel nippo-germanique.

Jean-Louis Schlesser, double lauréat en 2000 et 2001 qui a de nouveau goûté à la saveur du podium final en janvier 2007 après avoir remporté deux spéciales, ne fera aucun compromis dans sa stratégie d’attaque à outrance.

Pareil pour l’armada SMG de Philippe Gache avec notamment Yvan Muller et Tiago Monteiro.

Et, les pilotes du Team BMW X-Raid parmi lesquels, l’ancien vainqueur le grenoblois Bruno Saby, comptent  bien eux-aussi jouer les trouble-fêtes dans cette bataille au sommet.

En guise d’avertissement, Nasser Al Attiyah a devancé la crème de la crème sur les quatre premières étapes du récent rallye de Dubaï ! Là encore, le Qatari peut endosser un rôle de prétendant au titre à condition de ménager la mécanique de son X3.

Enfin, l’imprévisible pilote yankee Robby Gordon, au volant de son Hummer, compte bien s’inviter au bal des vainqueurs…
Quand on connaît son sens de l’attaque, nul doute que l’américain va partir fort dés les premières étapes marocaines !

Comme on le voit pour ce trentième Dakar, la lutte sera intense jusqu’à l’arrivée. Mais d’ores et déjà les prétendants à la victoire finale attendent les terribles et redoutables étapes mauritaniennes.

Car, c’est bien là que se jouera la course.

Comme ce fut le cas l’an passé !

Ou VW qui caracolait au commandement a tout perdu.

Sport

About Author

gilles

Leave a Reply